FCO recrudescence de PCR positives

Notre département exporte principalement ses jeunes bovins vers l’Italie et vers l’Espagne, pays qui demandent que les bovins soient valablement vaccinés contre la FCO.

Pour les animaux non valablement vaccinés contre la FCO, l’Italie (seulement pour les animaux de moins de 90 jours) et l’Espagne ont accepté des protocoles bilatéraux permettant aussi de réaliser des mouvements sous le couvert d’une désinsectisation et d’une analyse PCR négative effectuées quelques jours avant le départ.

Depuis cet été, le nombre d’analyses positives au dépistage de la FCO est en nette augmentation, ce qui conduit à exclure un nombre non négligeable d’animaux pour les mouvements vers l’Italie et l’Espagne. Certains d’entre eux, ne répondant pas aux besoins du marché national, sont alors susceptibles de retourner dans leur exploitation de provenance. Ce retour, outre les difficultés économiques qu’il peut engendrer, constitue un risque sanitaire majeur pour le cheptel d’origine :

  • ces animaux doivent être mis en quarantaine,
  • leur retour doit être notifié à l’IPG,
  • ils devront subir une prise de sang IBR 15 à 30 jours après leur retour, avec l’indication « retour veau en élevage – analyse IBR »
  • nous vous invitions à ne pas les réintégrer dans votre cheptel souche.

Pour limiter ces risques, la vaccination des animaux est très fortement recommandée pour préserver les débouchés.

Pour les broutards issus des cheptels allaitants et à destination de l’Italie, la vaccination peut généralement être pratiquée avant le départ. Toutefois, afin de pouvoir diriger l’animal vers plusieurs débouchés, il convient de privilégier une vaccination, au plus tôt, et avec un vaccin bivalent (sérotypes 4 et 8).

Pour les petits veaux de moins de 70 jours issus des cheptels laitiers, particulièrement concernés par l’augmentation actuelle des PCR positives, il est fortement recommandé de vacciner le troupeau souche afin que le veau puisse partir sous le couvert de la vaccination du troupeau dont il est issu et non plus sous le couvert d’une analyse individuelle.

Les vétérinaires sanitaires sont quant à eux bien informés sur les modalités de validation officielle de la vaccination :

  • par apposition des mentions de certification du protocole vaccinal sur les passeports des broutards

Ou

  • au travers d’une liste d’animaux vaccinés, signée et tamponnée conservée dans le registre d’élevage et d’une attestation adressée à la DDPP. La reconnaissance du statut « troupeau vacciné FCO » est publiée sur le site internet du ministère de l’agriculture sur la page dédiée à la FCO (https://agriculture.gouv.fr/la-situation-de-la-fco-en-france#acc0).